Menu

Focus sur la levure de riz rouge

Info patient • Mercredi 05 février 2020

Prendre  conseil  auprès de vos   professionnels  de santé 

De plus en plus de patients consomment de la levure de riz rouge afin de contrôler leur taux de cholestérol, abandonnant même parfois leur traitement médical initial au profit de cette levure. Les compléments alimentaires à base de levure de riz rouge apparaissent alors plus naturels, plus sains. Que nous dit l'ANSES* à ce sujet ?
*Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail

Tout d’abord, quelques mots sur  la « levure de riz rouge ».
C'est une moisissure de couleur rouge cultivée sur du riz blanc en Chine à des fins culinaires. Elle est aussi utilisée comme colorant ou pour ses vertus thérapeutiques.
En France, elle est présente dans de nombreux compléments alimentaires destinés à « maintenir une cholestérolémie normale » car elle contient de la monacoline K également appelée lovastatine. Ces monacolines  possédent les caractéristiques chimiques et l’activité pharmacologique des statines que l’on retrouve dans les traitements médicamenteux.

 Cependant,  l’ANSES met en garde les consommateurs car des effets indésirables ont été rapportés :
Depuis la création de son dispositif « Nutrivigilance », l’Anses a reçu des signalements bien documentés d’effets indésirables susceptibles d’être liés à la consommation de compléments alimentaires contenant de la « levure de riz rouge ». Dans la plupart des cas, ce sont des atteintes musculaires (myalgies souvent violentes) mais aussi des atteintes hépatiques associées ou non à une atteinte musculaire .
Les cas répertoriés par «Nutrivigilance » comme ceux d’autres pays sont similaires aux cas cliniques mis en évidence pour la lovastatine, le traitement  classique de l'hypercholestérolémie.
Suite à cette évaluation, l'ANSES considère que l’usage de compléments alimentaires à base de levure de riz rouge peut exposer le consommateur et notamment les plus sensibles (prédispositions génétiques, pathologies ou sous    traitements…) à des risques pour la santé.

L’ANSES recommande donc :

De prendre conseil auprès d’un professionnel de santé avant de consommer des compléments alimentaires à base de levure de riz rouge.
D'accompagner la prise de levure de riz rouge  par un suivi médical incluant un bilan hépatique préalable à la consommation de ces produits et une surveillance de la toxicité hépatique et musculaire liée aux statines.
► De ne pas consommer de compléments alimentaires à base de levure de riz rouge si vous êtes  :
- Une femme enceinte ou allaitante
- Un enfant ou un adolescent
- Un sujet âgé de plus de 70 ans
- Une personne atteinte de pathologies prédisposantes telles qu’une insuffisance rénale, une pathologie musculaire, une hypothyroïdie non traitée ou souffrant d’atteinte hépatique évolutive. Si vous êtes un fort consommateur de pamplemousse (jus ou fruit) ou d’alcool.
De s’abstenir de consommer ces compléments alimentaires si vous êtes traité  avec des médicaments hypocholestérolémiants à base de statines ou si vous avez arrêté ces médicaments suite à l’apparition d’effets indésirables, sauf avis médical spécifique.
La  levure de riz rouge n'étant en aucun cas un substitut au traitement médical. 


L'ANSES encourage à signaler tout effet indésirable survenant après consommation de compléments alimentaires contenant de la levure de riz rouge et rappelle que l’hypercholestérolémie n’est pas une maladie mais un facteur augmentant le risque de survenue de maladies cardio-vasculaires dont la prévention passe avant tout par une hygiène de vie intégrant une alimentation diversifiée, la limitation de la sédentarité et la pratique d’une activité physique régulière.